La taxe foncière a flambé depuis 2007

09/10/2013 à 16:36 - Estimation immobilière - Par - Réagir

La taxe foncière a flambé depuis 2007
La taxe foncière a flambé depuis 2007

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Entre des annonces gouvernementales qui ne leur sont que très peu favorables et une fiscalité qui n'a cessé de se durcir au fil des ans, les propriétaires pourraient rapidement perdre patience. Concernant la fiscalité à laquelle ils sont assujettis, l'UNPI lève le voile sur l'impressionnante flambée enregistrée par la taxe foncière au cours des dernières années.

Rendu public ce mardi 8 octobre, la dernière édition de « l'Observatoire UNPI des taxes foncières sur les propriétés bâties » met en lumière quelques chiffres étonnants. L'Union nationale de la propriété immobilière constate ainsi que, sur une période relativement courte (de 2007 à 2012), la taxe foncière que doivent acquitter l'ensemble des propriétaires a progressé de 21,17%. Une bien mauvaise nouvelle pour qui possède un bien immobilier mais une véritable manne pour les communes et départements puisqu'après leur avoir rapporté quelques 19,6 milliards d'euros en 2007 la taxe foncière aura rapporté près de 27,3 milliards en 2012.

Evoquant en guise d'explication une progression des « valeurs locatives, assiette de l'impôt » (+9,43% entre 2007 et 2012) à laquelle s'ajoute une hausse des « taux d'imposition des départements, des communes ou groupements de Communes » (+10,73%), l'UNPI admet que, « si chacune de ces augmentations, prise isolément, peut paraître raisonnable car elles sont à peu près comparables à l'inflation observée pendant ces années, la conjonction des deux entraîne une forte hausse » de la taxe foncière.

Dans le détail, si le cas de la commune de Fontanes-de-Sault dans l'Aude a de quoi interpeler avec des taux de taxe foncière de l'ordre de 98,80%, il ne s'agit toutefois là que d'une exception. Une exception qui ne doit pas occulter l'ampleur de la progression affichée par l'impôt foncier au sein de bon nombre de communes françaises.

A l'instar des prix de l'immobilier, Paris se veut être au-dessus du lot en présentant une hausse de la taxe foncière de +67,90% entre 2007 et 2012. Viennent ensuite Argenteuil, Nantes et Saint-Denis qui ont vu leurs impôts progresser de plus de 30% (à respectivement +36,71%, +30,64% et +30,15%).

Heureusement toutes les villes ne sont pas logées à la même enseigne. Si Fort-de-France peut aisément revendiquer la plus faible hausse de taxe foncière (avec +8,48% sur la période), des villes comme Aix-en-Provence (+10,44%), Reims (+11,12%), Villeurbanne (+12,75%) voire même des agglomérations plus importantes telles que Lyon (+14,39%) ou Bordeaux (+14,61%) semblent encore sourire aux propriétaires.

Source :

Consulter toutes les actualités

Abonnez-vous au fil RSS Fil RSS Immobilier de Estimation Immobilier

Vos réactions

commentaire(s)

Copyright 2006 - 2017 © Estimation-immobilier.com - Tous droits réservés.

Partagez
cette
page